http://www.outaouais-laurentides.upa.qc.ca

Nous le constatons tous, les municipalités et les MRC sont de plus en plus impliquées dans l’encadrement et le développement des activités agricoles. Depuis une dizaine d’années, elles ne cessent en effet d’acquérir des pouvoirs de réglementation sur  les nuisances et l’environnement, deux domaines sensibles pour l’agriculture.

Ainsi il n’est pas rare que les élus municipaux exigent des distances séparatrices aux activités d’élevage et d’épandage, qu’ils adoptent des règlements interdictions de bruit une fois le soleil couché, et qu’ils adoptent des normes d’abattage d’arbre restrictives qui compromettent le simple entretien des boisés. Qui plus est, le drainage des terres agricoles dépend maintenant de la bonne volonté des MRC, qui ont la responsabilité, mais pas l’obligation, d’entretenir les cours d’eau.

Plus récemment, le rapatriement des fonctions de développement économique des Centres locaux de développement (CLD) et des Conférences régionales des élus (CRÉ) au sein des MRC renforce également leur position.

Faut-il se réjouir ou s’inquiéter de cette concentration de pouvoir? Il est évidemment trop tôt pour répondre, mais dans ce contexte, il est nécessaire que les milieux agricoles et municipaux collaborent ensemble. Les activités agricoles et forestières, rappelons-le, sont des secteurs économiques qui contribuent fortement à la vitalité des régions.

L’élaboration des plans de développement de la zone agricole (PDZA) entreprit dans plusieurs MRC est  un pas dans la bonne direction. Il faut cependant que les bonnes intentions inscrites dans ces plans d’action deviennent réalité. Je tiens à souligner la collaboration grandissante qui se développe entre des syndicats locaux et certaines MRC dans le cadre des PDZA. Producteurs agricoles, employés et élus municipaux travaillent ensemble pour mettre en œuvre des projets de développement de l’agriculture régionale qui répondent à la volonté du milieu agricole et de la population. Tout ce monde prend conscience qu’ils ont plus d’intérêts en commun qu’ils ne le croyaient.

J’invite les producteurs agricoles à contacter un administrateur du syndicat local de votre UPA pour lui faire part de vos idées pour développer l’agriculture dans votre municipalité. Les syndicats locaux sont les mieux placés pour faire avancer vos idées dans votre MRC.

C’est à nous, agriculteurs avec les élus municipaux, de faire du « développement durable » une réalité plutôt qu’un simple slogan !

Richard Maheu