http://www.outaouais-laurentides.upa.qc.ca

La région des Laurentides se divise en 2 grands sous-ensembles pour la pratique de l’agriculture, les Basses et les Hautes-Laurentides.

Les Basses-Laurentides sont caractérisées par une topographie plane, des terres fertiles et un climat plus chaud, ce qui explique la présence d’une agriculture dynamique et plus intensive. Les entreprises y tirent de plus grands revenus des productions horticoles (légumes, fruits, fleurs) et des grandes cultures (maïs, soya). Les érablières en exploitation constituent aussi une portion appréciable des boisés.

Dans les Hautes-Laurentides, l’agriculture se concentre dans les vallées des rivières du Nord, de la Rouge et de la Lièvre. La production de fourrages et l’exploitation forestière y prennent une place plus importante. Il s’agit aussi d’un territoire où un nombre grandissant d’entreprises agricoles se sont tournées vers des productions non traditionnelles et biologiques.

Bien réparties entre les Basses et les Hautes-Laurentides, les productions animales sont indissociables de l’agriculture de la région. Plus on est proche de la région de Montréal, plus la spéculation foncière pose des défis d’accès à la terre, mais plus les opportunités de mise en marché se diversifient pour les entreprises agricoles.

Statistiques intéressantes :

  • Zone agricole permanente : 9,5 %
  • Nombre d’entreprises agricoles : 1262
  • Nombre de productrices et producteurs : 1811
  • Revenus agricoles : 320 millions $

Productions dominantes (nombre d’entreprises par production principale) :

  • Bovins laitiers (208)
  • Bovins de boucherie (174)
  • Production de fruits (172)
  • Grandes cultures (120)
  • Production maraîchère (103)

Source : Portrait des Laurentides de l’industrie bioalimentaire (MAPAQ, 2014)